lundi, 24 janvier 2011

Archives 4

J'ai numérisé dernièrement mes négatifs de la comète Hale-Bopp qui avait égayé nos nuits au début du printemps 1997. Bien que peu familier avec la photographie de nuit, je trouve le résultat intéressant compte tenu des limitations de la photographie argentique qui imposait une attente de plusieurs jours pour la visualisation des clichés; impossible à l'époque de corriger une exposition lacunaire ou une mise au point un peu floue.
Hale-Bopp1.jpg
La comète Hale-Bopp a été découverte en été 1995 par deux astronomes amateurs (Hale et Bopp) alors qu'elle se trouvait proche de Jupiter. Au moment où ces photos ont été prises, début avril 1997, la queue de la comète mesurait plus de 100 millions de km, son noyau était de l'ordre de 40 à 50 km de diamètre et sa vitesse avoisinait les 44 km/s. De plus chaque seconde environ 600 tonnes de glace étaient vaporisées à sa surface. Son prochain passage au-dessus de nos têtes est prévu pour l'an 4389...
Hale-Bopp2.jpg
Hale-Bopp vue depuis les Mayens-de-Sion en direction du nord-ouest en avril 1997.

09:22 Publié dans Archives météo, Nature | Tags : comète, hale-bopp, 1997, image, didier ulrich | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

mardi, 19 octobre 2010

Archives 3

Le développement de mes vieilles pélicules argentiques se poursuit depuis quelques mois. Après le brouillard hivernal au-dessus de Sion en janvier 1996 et le gel printanier dans les vergers valaisans en avril 1992, je vous propose aujourd'hui une petite balade en octobre1995.
En automne, les vents d'altitude reprennent de la vigueur alors que l'atmopsphère devient de plus en plus stable. Ces deux conditions sont nécessaires à la formation des nuages lenticulaires (altocumulus lenticularis). Leur formation peut se produire à tous moments de l'année notamment lors de situations de foehn ou d'ouest. Mais leur fréquence est tout de même accrue en automne.
Octobre1995-01.jpg
Octobre1995-02.jpg
Nuages lenticulaires sur le Mont Noble et le Mont Gautier fraîchement enneigés vus depuis les Mayens-de-Sion (octobre 1995).
Octobre1995-03.jpg
La stabilité de l'atmosphère favorise la formation de brumes et de brouillards au-dessus des plaines en emprisonnant l'humidité à proximité du sol. Ce phénomène est courant lors de la saison froide. Mais avec les couleurs automnales, c'est tellement plus beau. Ici la Plaine du Rhône prise depuis Clèbes (octobre 1995).

17:54 Publié dans Archives météo, Météo | Tags : mayens-de-sion, lenticulaire, nuage, vent, 1995, octobre, automne, didier ulrich | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

lundi, 29 mars 2010

Archives 2

Le dépoussièrage des mes vieilles pélicules argentiques continue. Cette fois je vous propose un petit retour en arrière au début des annnées nonantes, début avril 1992 pour être précis. En printemps, durant les nuits claires et froides, les arboriculteurs valaisans protègent leur future récolte par aspersion. Le fait de couvrir de glace des bourgeons ou des fleurs fraîchement écloses défie un peu la compréhension mais ne boudons pas notre plaisir car le spectacle est magnifique.
gel1.jpg
Contrairement aux croyances populaires, ce ne sont pas les qualités isolantes de la glace qui protège la fleur du gel, mais les particularités de l’eau. Celle-ci dégage de la chaleur lors de son changement de phase de l’état liquide à l’état solide. Un gramme d’eau en se congelant produit 334 J ou 80 cal, soit autant d’énergie qu’il faudrait pour amener ce même gramme d’eau de 0° à 80°. gel2.jpg
Une grande partie de l'énergie dégagée est dispersée dans l’atmosphère mais ce qui reste suffit à maintenir l’organe végétal à une température d’environ 0°. Donc pas de gel...
gel3.jpg

samedi, 06 février 2010

Archive 1

Je n'ai pas attendu l'ère des appareils photos numériques pour immortaliser les phénomènes météorologiques qui m'intéressaient. Ainsi, depuis quelques jours, j'ai ressorti mes vieux négatifs avec l'idée de faire revivre mes vieilles pélicules argentiques et de les numériser. Voici quelques photos prises au-dessus de Sion en janvier 1996. A la suite d'un front chaud, l'air froid très mince s'est fait piéger dans le fond de la vallée. Il a ainsi condensé son trop plein d'humidité en brouillard laissant émerger les châteaux. Stratus_Valere_1996-2.jpg Stratus_Valere_1996-1.jpg Stratus_Valere_1996-3.jpg

14:07 Publié dans Archives météo | Tags : brouillard, sion, valère, didier ulrich, neige, valais | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |