vendredi, 25 mars 2011

Cirrus "aviaticus"

S'il est un effet météorologique anthropogène que l'homme ne peut pas nier, ce sont bien les traînées de condensation (contrails). Les mois d'hiver sont les plus favorables à la formation de ces nuages artificiels qui n'existeraient pas sans l'homme. En effet, ces nuages se forment uniquement grâce à la vapeur d'eau ejectée par les réacteurs des avions. Un litre de pétrole produit environ un litre d'eau qui se condense ou sublime à haute altitude et forme des cirrus (nuages de glace). De par leur origine, ces cirrus sont parfois baptisés cirrus "aviaticus". Quelques jours sous les drapeaux près de Dübendorf m'ont permis de mesurer l'ampleur du phénomène. Ces derniers jours, l'humidité relative dans la haute troposphère était suffisamment élevée et propice à leur formation. Je vous laisse juger...
Aviaticus1.jpg Aviaticus2.jpg
De nombreux cirrus "aviaticus" dans la région zurichoise le jeudi 24 mars 2011 vers 18h00.
Aviaticus3.jpg
Ces nuages participent activement au réchauffement global de la planète. Par leur composition essentiellement faite de cristaux de glace, ils n'ont que peu d'influence sur le rayonnement diurne du soleil, mais ils perturbent fortement le rayonnement infrarouge nocturne de la Terre et l'empêchent de se refroidir correctement. Et comme le montre l'image satellitaire d'hier soir vers 21h00, ces nuages peuvent recouvrir de vastes étendues.
Aviaticus.jpg
Image satellitaire IR 10.8 du 24 mars 2011 à 21h00.

mardi, 24 août 2010

Parhélie

Un parhélie est un phénomène optique consistant en l'apparition de deux répliques du soleil situées horizontalement à 22° de part et d'autre de l'astre du jour. Il est également appelé « faux soleil », « soleil double », « œil de bouc » ou « chien du soleil - sundog pour les anglophones » et fait partie intégrante du phénomène de halo solaire. Le mot provient du grec ancien, para (auprès) et hélios (soleil).
Les phénomènes de halos solaires sont des arcs ou des foyers lumineux dans le ciel, qui résultent de la réfraction ou de la réflexion de la lumière par des cristaux de glace présents dans les nuages élevés de types cirrus ou cirrostratus. Une orientation aléatoire des cristaux de glace provoque les halos les plus fréquents, des cercles décalés de 22° ou 46° rapport à la source lumineuse. Les parhélies sont plus rares et ne sont visibles que si les cristaux de glace en plaquettes sont orientés horizontalement.
Parhélie.jpg
Deux parhélies observés mi-août en Valais central. Le soleil est caché derrière le feuillage de l'arbre.
Parhélie1.jpg

Le parhélie de droite en détail : les couleurs de l'arc-en-ciel sont bien visibles.

23:32 Publié dans Météo | Tags : parhélie, halo, météo, photométéore, didier ulrich, cirrus | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |